« Conférence sur la Couleur Médiévale | Accueil | Le Scriptionale »

samedi 05 oct 2013

Commentaires

dr. Karl Tax

Chère Madame Brunon,
C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert votre blog sur tant des aspects de l'enluminure, le scriptorium médiévale en générale! Cela vaut bien avant tout mon grand respect de ce que vous avez recherché et ensuite offert aux lecteurs bien interesses, mais aussi un grand merci!
Moi, j’ai été professeur de la langue Allemande d'un lycée au sud des Pays Bas (Brabant du Nord) tout près de ma ville natale de Bois le Duc, et maintenant retraité. En 1996 j'ai passé mon doctorat à Amsterdam sur un livre d'heures / de prières du 15e siècle - notamment rhénan/ ripuarien aux environs de Cologne, avec des influences des Pays Bas (e.a. Geert Grote).
Or, je vous remercie cordialement de vos articles avec des exemples très vivantes et impressionnantes en vous souhaitant que de succes! Vous avez gagné un lecteur intéressé de plus!
Avec mes sentiments les plus dévoués,

Karl Tax/ PB

Claudine Brunon

Cher Dr Karl Tax,

Je vous remercie infiniment pour votre commentaire qui me fait extrêmement plaisir. J'essaie de rendre le Blog Enluminure intéressant et c'est aussi pour moi un lieu ou j'y écris, comme une sorte de brouillon, mon livre sur le Vaisselier du peintre. Des thématiques s'en dégagent et des livrets et articles verront peut-être le jour.
Vous avez été professeur d'allemand, une langue que je regrette de ne pas connaître.
Votre thèse concerne un livre d'heures, avez-vous la référence du manuscrit ? Peut-on voir quelques images sur Internet ? Y'a-t-til des représentations d'évangélistes ? Je serai ravie de les voir !
Recevez mes sincères salutations

Claudine Brunon

Karl Tax

Chère Madame Brunon,

Je vous remercie cordialement de votre réponse directe et voicì la mienne à nouveau, concernant vos questions. Malheureusement il n'y avait que de 29 pages du manuscrit Original, dont 6 montraient scènes de la passion du Christ [la Capture/ Christ devant Pilate/ la Flagellation/ la Crucifixion/ la Descente de Croix/ la Mise au tombeau - le Portement du croix manque ...?] les autres 23 ne sont que des pages avec des enluminures/ broderies, toutes les autres pages n'existent plus, c.à.d. on ne les a trouvées jusqu'à nos jours.
= Les 29 pages se trouvent à Burscheid, (collection) Sammlung Paul Luchtenberg, Inv.-Nr. Z/m 3e, 3f, Z/m 4i-4v; à Solingen/ Allemagne, dans le 'Bergisches Museum' Schloß Burg an der Wupper, Dauerleihgabe (prêt permanent) der Sammlung Paul Luchtenberg, Inv.-Nr. Z/m 3a-3d, Z/m 4a-4h (olim Teschen, Schnerschnicksche Bibliothek, DD VII 23.
= Je ne crois pas, qu'il y ait des images sur l'internet (je ne les ai pas trouvées ce soir)probablement à cause du copyright(?), mais je pourrais vous faire quelques photos parce que j'ai plusieurs livres/ catalogues dans lesquels on trouve des images.
Sauf l'information ci-dessus,je vous donnerai plus en détail des sites sur votre courrier 'normal', auquel j'ai reçu votre nouveau message concernant Saint Luc.
= Je suis désolé de ne pas avoir des représentations d'êvangelistes, elles ne se trouvent simplement pas.
= Je suis membre d'APICES depuis plusieurs d'années et c'est par cette organisation que j'ai reçu le courriers que vous avez publiés sur son site et ensuite votre blog.
J'espère que la recolte ne soit pas trop pauvre ...
Avec mes sentiments distingués,

Karl Tax

Claudine Brunon

Cher Dr Karl Tax,

Je vous remercie pour votre réponse. Oui par curiosité, je veux bien voir une image de votre beau manuscrit.
J'aime le réseau d'APICES car une multitude de spécialistes y co-habitent.
Vous pouvez bien sûr m'écrire sur cbrunon@gmail.com.
Bien cordialement,

Claudine B.

Karl Tax

Chère Madame Brunon,
Comme 'post scriptum' je peux vous dire, que ma thèse de doctorat a été notamment filologique/ linguistique; à côté de ça j'ai comparé la structure du livre d’heures, le contenu, p.e. le texte des prières avec la tradition néerlandaise (Geert Grote et le Devotio moderna), mais il va sans dire, que personne ne puisse se soustraire à la beauté impressionnante de ces livres. En outre j'ai bien profité de l'occasion de m'occuper in extenso de la grande variété d'especes et des aspects de ces livres d'heures.

Il vous faut savoir aussi que, sauf les 29 pages qui nous sont restées [format 12,6 X 9,6 cm], j’avais une édition imprimée à Vienne, faite par un prêtre Polonais, Eugeniusz Janota, professeur d’Allemand d’un lycée à Cracovie – le ‘kaiserlich-königliches Gymnasium’ - pour l’année 1855, dans la quelle il a publié le content ‘complet’ du livre d’heure, dont nous parlons maintenant. Des images il n’existe qu’une lithographie sur une page double, inclue dans cette édition, représentant Christ devant Ponce Pilate et le commencement de l’office des morts. Dans mes recherches de retrouver l’original ce n’était qu’en 1989 que j’ai reçu un catalogue d’une exposition composé par Joachim M. Plotzek , Andachtsbücher des Mittelalters aus Privatbesitz. Katalog zur Ausstellung im Schnütgen-Museum, Köln 1987, Nr. 66, S. 204-206.

En feuilletant ce catalogue j’ai tombé sur l’image en couleurs – vous le devinez déjà! – le Christ devant Ponce Pilate...! Cette trouvaille m’a donné beaucoup d’encouragement de finir ma thèse de doctorat.
C’est ici que je finis mon post scriptum, car il fait tard, mais si tout ceci vous interesse, je puis vous envoyer une suite…
En tout cas, vous recevrez quelques images du manuscript sur votre courier gmail, avec des sites, dont le texte est en Allemand, comme je vous avez annoncé.

Avec mes salutations bien sincères,

Karl Tax

Claudine Brunon

Cher DR Tax,

Je vous rermercie pour votre réponse. Trouver les rares images de ce manuscrit n'a pas du être chose simple en effet. Je vous remercie infiniment pour l'envoi des reproductions, très belles soit dit en passant. Travailler sur de telles images est très plaisant.

Bien cordialement

Claudine Brunon

Sagiterra

Chère Dame Chlodyne,
Superbe échange entre érudits, découvert alors que je voulais juste mettre un petit mot au sujet de cette fameuse "pince"…
Ma foi, la repro est un peu petite, mais si j'en crois mes yeux, cette pince est l'ancêtre de ce qu'on trouve de nos jours dans certaines boutiques "altermonde", ainsi que dans certains bazars, c'est à dire une pince à linge d'avant l'invention de la pince à ressort. Soit dit en passant, ces pinces sont généralement fabriquées en Chine actuellement.
C'est d'autant plus intéressant que personnellement, quand j'ai à tenir un livre trop gros pour être maîtrisé facilement, je coince les pages avec une pince à linge (à ressort), voire 2… Le temps passe, les pratiques restent. ;-)

Sagiterra

PS : Je vois qu'un brave moine resté apparemment anonyme était lui un véritable artiste du coinçage en tous genre :
http://arhpee.typepad.com/.a/6a0148c6c39fea970c019b002a5c34970d-800wi
Et là, j'ai l'impression qu'on pourrait se poser la question d'une forme de ressort pour le livre qu'il a sur son pupitre, l'autre livre pouvant être tenu ouvert par une sorte de système à contrepoids (on voit ce que je pense être le contrepoids qui pend derrière le livre).
Encore une énigme ? ou tu as déjà exploré la chose? ;-)

Claudine Brunon

Bonjour Sagiterra,

Oui la pince semble être nos anciennes pinces à linge. J'en ai une qui fera l'affaire pour la reconstitution historique.
L'image que tu montre, ce sont des plombs reliés à des fils, des fils à plomb en fait. Ils servaient à maintenir les feuilles du livre ouvert. Ils ont en effet, un usage voisin de la pince. C'est très intéressant de le faire remarquer, merci !

Claudine Brunon

Petit scoop,

j'attends une autre enluminure avec une pince figurée. Mais ce n'est pas facile de commander une reproduction à une bibliothèque allemande lorsqu'on n'est pas germanophone !!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Avatar blog arhpee

CV de Claudine Brunon

Mes Publications Papier

  • Claudine Brunon: Deux Vaisseliers de peintre. Étude sur les contenants des pigments
    Dans Histoire et Images Médiévales, numéro 49, avril-mai 2013, pp.21-24
  • Claudine Brunon: Le Broyeur de Couleurs. Le peintre et son apprenti
    dans Histoire et Images Médiévales, numéro 47, décembre/janvier 2012-2013, pp.34-38.
  • Claudine Brunon: L'Inventaire du Scribe. Les Outils Indispensables pour bien Ecrire sur Parchemin avant l'Imprimerie
    En cours de rédaction
  • Claudine Brunon: Le Vaisselier du peintre. Les contenants des couleurs médiévales
    En cours de rédaction ...
  • Claudine Brunon: Pinceaux, godets et coquilles du peintre médiéval
    Dans Moyen Age, n°98, août-septembre-octobre 2014, pp.38-43.

Je vous offre un ebook

Notes Récentes

    La Problématique des Contenants des Couleurs

    Je vous recommande

    Documents en Téléchargement

    COLORATURA

    Liens vers Pecia - Le manuscrit médiéval

    Miniaturaitaliana

    Liens vers De arte illuminandi

    Liens vers Medieval Illumination

    Liens vers Hagio-historiographie médiévale

    Liens Art roman, gothique, médiéval

    Liens vers le blog de l'APAHAU

    COLORATURA

    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

    Livres Scientifiques

    • Victor Gay: Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance
    • Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin: La Vie Quotidienne au temps des fabliaux
      Pour éclairer les pratiques de la vie quotidienne au temps de saint Louis, ce livre croise les trois sources fondamentales de l'histoire médiévale : sources écrites - ici les fabliaux -, iconographie et archéologie, issues d'une même aire géographique et culturelle, la France du Nord, la Flandre, l'Angleterre du Sud, et de la même période (fin XIIe - 1re moitié XIVe siècle). La littérature de divertissement, qui procure mille détails inédits et concrets sur le mode de vie (habiter, manger, se vêtir), les métiers et les activités (paysans, serviteurs, artisans, marchands), livre aussi les façons de s'exprimer, de bouger, de penser. Les fabliaux prennent tout leur sens une fois confrontés avec le riche inventaire d'un mobilier archéologique trop peu connu et avec le corpus plus ample encore des enluminures médiévales. Ce travail, à la croisée des sources, s'imposait pour mettre en lumière un sujet plus important qu'il n'y paraît, la " culture matérielle ", dont l'histoire " n'a pas d'autre objet que la condition humaine " (Jean-Marie Pesez) Afficher plus Réduire
    • Mark Clarke: Mediaeval painters' materials and techniques. The Montpellier Liber diversarum arcium.
    • Mark Clarke: The Art of All Colours: Mediaeval Recipe Books for Painters and Illuminators
    • Danièle Alexandre-Bidon: Une Archéologie du goût. Céramique et consommation.