« Images de réglures de manuscrits | Accueil | La Capsa »

mardi 15 juil 2014

Commentaires

Rémy Cordonnier

Bonjour,

Merci pour cet intéressant corpus.
Il faut néanmoins penser à relativiser la valeur documentaire de ces enluminures, surtout en ce qui concerne la position assise des copistes.
Celle-ci renvoie en effet à une volonté de magnifier ces personnages, en particulier lorsqu'il s'agit des évangélistes. Aussi leurs sièges, qui s'aparentent parfois même à des trônes et s'inspirent souvent des chaises curules romaines, ne renvoient pas nécessairement à une réalité matérielle.

Cela dit, vos remarques sur le matériel du scribe illustré dans les miniatures est souvent très pertinent et bien documenté.

Claudine

Bonjour,

Oui, c'est vrai que ces documents ont parfois une part de réalité toute relative. Je n'en fait pas forcément état, c'est vrai. Je n'ai peut-être pas le recul suffisant pour cela. J'ai le nez planté dans mon corpus tous les jours et j'avoue êtes complètement hypnotisée par ces images !!
Vous faites bien de préciser cela. Je vous en remercie. N'hésitez pas à intervenir de nouveau !
Merci pour votre intérêt.
Claudine Brunon

RC

Bonjour,

A votre invitation je complette mon intervention car j'ai repensé à notre échange en revoyant une image que je connais bien en tant qu'audomarois : celle de Lambert de Saint-Omer au début de son fameux Liber Floridus.

Comme vous le voyez sur cette reproduction : http://blog.pecia.fr/public/a_floridus.jpg , le copiste est manifié par une chaises très ornée, et il tient une plume non ebarbée (fait peu probable dans la réalité mais qui ici confirme la nature de l'outil), ainsi que son couteau. Mais on remarquera que l'écriture ne tient pas compte non plus de la réalité puisqu'elle a été volontairement tournée afin de pouvoir être lue par l'utilisateur du manuscrit. On y retrouve un écho du texte adjacent destiné à confirmer au "regardeur" du manuscrit que c'est bien l'auteur de ce dernier qui est ici figuré.
Les éléments de la composition ne sont que des signifiants, dirait saint Augustin, qui renvoient à autre chose qu'eux-mêmes. Ils n'ont donc qu'un lien ténu avec la réalité.
Ce document est une composition, pas une photographie, c'est meême - pour flirter avec l'anachronisme - une publicité pour l'auteur : c'est un bon scribe, un savant reconnu, prieur de sa communauté comme le montrent ses attributs.

Claudine

Bonjour,

Je vous remercie pour ces informations éclairantes et pour le lien vers l'image de Lambert de Saint-Omer. Elle est très belle, je ne la connaissais pas !
J'ai souvent des plumes non ébarbées peintes dans la main des copistes. Les barbes sont aussi peut-être présente pour distinguer l'animal dont la plume est issue ?
J'ai aussi plusieurs écritures de textes présentées au lecteur de manière horizontale et qui ne tient pas compte de la position verticale du livre.
En effet, avec ces éléments, la réalité a peu de place. Il s'agissait plus sans doute, de représenter un auteur avec tous ces attributs conventionnels, fussent-ils une composition savante de l'image et avec des éléments récurrents qui appartiennent au monde du copiste.

Si vous me le permettez, je reprendrait les termes 'publicité pour l'auteur' (en vous citant bien sûr), qui me semblent assez juste, même si très modernes !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

CV de Claudine Brunon

Mes Publications Papier

  • Claudine Brunon: Deux Vaisseliers de peintre. Étude sur les contenants des pigments
    Dans Histoire et Images Médiévales, numéro 49, avril-mai 2013, pp.21-24
  • Claudine Brunon: Le Broyeur de Couleurs. Le peintre et son apprenti
    dans Histoire et Images Médiévales, numéro 47, décembre/janvier 2012-2013, pp.34-38.
  • Claudine Brunon: L'Inventaire du Scribe. Les Outils Indispensables pour bien Ecrire sur Parchemin avant l'Imprimerie
    En cours de rédaction
  • Claudine Brunon: Le Vaisselier du peintre. Les contenants des couleurs médiévales
    En cours de rédaction ...
  • Claudine Brunon: Pinceaux, godets et coquilles du peintre médiéval
    Dans Moyen Age, n°98, août-septembre-octobre 2014, pp.38-43.

Je vous offre un ebook

Notes Récentes

    La Problématique des Contenants des Couleurs

    Je vous recommande

    Documents en Téléchargement

    Liens vers Le Scriptorium de Mathilde

    Liens vers Pecia - Le manuscrit médiéval

    Miniaturaitaliana

    Liens vers De arte illuminandi

    Liens vers Medieval Illumination

    Liens vers Hagio-historiographie médiévale

    Liens Art roman, gothique, médiéval

    Liens vers le blog de l'APAHAU

    COLORATURA

    Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

    Livres Scientifiques

    • Victor Gay: Glossaire archéologique du Moyen Age et de la Renaissance
    • Danièle Alexandre-Bidon et Marie-Thérèse Lorcin: La Vie Quotidienne au temps des fabliaux
      Pour éclairer les pratiques de la vie quotidienne au temps de saint Louis, ce livre croise les trois sources fondamentales de l'histoire médiévale : sources écrites - ici les fabliaux -, iconographie et archéologie, issues d'une même aire géographique et culturelle, la France du Nord, la Flandre, l'Angleterre du Sud, et de la même période (fin XIIe - 1re moitié XIVe siècle). La littérature de divertissement, qui procure mille détails inédits et concrets sur le mode de vie (habiter, manger, se vêtir), les métiers et les activités (paysans, serviteurs, artisans, marchands), livre aussi les façons de s'exprimer, de bouger, de penser. Les fabliaux prennent tout leur sens une fois confrontés avec le riche inventaire d'un mobilier archéologique trop peu connu et avec le corpus plus ample encore des enluminures médiévales. Ce travail, à la croisée des sources, s'imposait pour mettre en lumière un sujet plus important qu'il n'y paraît, la " culture matérielle ", dont l'histoire " n'a pas d'autre objet que la condition humaine " (Jean-Marie Pesez) Afficher plus Réduire
    • Mark Clarke: Mediaeval painters' materials and techniques. The Montpellier Liber diversarum arcium.
    • Mark Clarke: The Art of All Colours: Mediaeval Recipe Books for Painters and Illuminators
    • Danièle Alexandre-Bidon: Une Archéologie du goût. Céramique et consommation.